Morphologie grammaticale et lexicale

 

Volume horaire : 40 heures
Cours de 2h par semaine sur 12 semaines avant Noël et 2h par semaine sur 8 semaines entre janvier et mars

Mme Pauline Haas

La morphologie est l’étude de la forme des mots. L’orthographe française est largement liée à la morphologie ; d’où l’importance de  comprendre les structures morphologiques du français pour maîtriser l’orthographe.

I. Morphologie grammaticale

La morphologie grammaticale étudie la flexion (c’est pourquoi on parle aussi de morphologie flexionnelle). La flexion est la variation des mots liée à des catégories comme le temps, la personne, le genre. C’est une caractéristique des langues flexionnelles comme le français d’exprimer ces notions par des désinences ou marques intégrées aux mots.

1. La flexion verbale Elle exprime la personne, le temps, l’aspect, le mode et la voix, par des désinences et des auxiliaires. On étudiera systématiquement les formes et leurs emplois.

2. La flexion nominale Elle exprime le genre et le nombre par des marques de féminin et de pluriel. Elle concerne les noms, les adjectifs qualificatifs, certains déterminants et pronoms. On s’attachera principalement aux noms et adjectifs (les déterminants et pronoms ainsi que les questions d’accord seront traités dans le cours de Grammaire et orthographe grammaticale).

II. Morphologie lexicale

La morphologie lexicale étudie la structure des mots qui sont analysables. Elle conduit à l’orthographe lexicale

a) dérivé Un dérivé s’analyse en radical et affixe(s) (préfixes et suffixes) ; on étudie les affixes (par exemple suffixes –eau, -ot),  les frontières entre affixe et radical (en-neiger et en-ivrer, nation-al et option+n-el, a-pais-er et a-p +pauvr-ir), les radicaux dits « savants » parce qu’ils sont empruntés au latin, qui motivent digrammes ou trigrammes, lettres muettes (clair / clarté, doigt / digital)

b) composé Un composé est formé de deux (ou plus) mots selon certains schémas (V + N : garde-corps, N + N : chou-fleur, N + Adj : coffre-fort, etc.). On étudie les problèmes orthographiques liés : pluriel, trait d’union ou soudure. Un composé « savant » est formé d’éléments empruntés au grec et au latin (télé-phone, parri-cide), que l’on recense

c) mots complexes et familles de mot Certains mots s’analysent par le rapprochement avec ceux qui comportent un élément commun : un-anime, magn-anime, long-anim-ité, pusill-anime comportent l’élément –anim(e)- « âme » ; in-coerc-ible, coerc-ition comportent l’élément –coerc- « contraindre, empêcher ». Dans alcool-ém-ie, septic-ém-ie, -ém- signifie « sang » ; c’est une variante de hémo- ­(hémo-rrag-ie). On s’entraînera à cette analyse comparative et à ces regroupements.

Bibliographie

Bescherelle, La conjugaison, Hatier, 1997 Conjugaison, Guides Le Robert et Nathan, 2001 GREVISSE Maurice, GOOSSE André, Le bon usage, 14ème éd., De Boeck-Duculot, 2008, 1ère partie, Chap. III, Les mots LE GOFFIC Pierre, Les formes conjuguées du verbe français, Ophrys, 1997 REY-DEBOVE Josette dir., Le Robert Brio, Analyse des mots et régularités du lexique, Le Robert, 2004 RIEGEL Martin, PELLAT Jean-Christophe, RIOUL René, Grammaire méthodique du français, 7ème éd., 2009, Chap. IX, La morphologie verbale, Chap. XX, Morphologie grammaticale et lexicale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s